Histoire

Début 2016, Voyage au bout de la 11, accompagnée de Humans for Women, a fait sa rentrée à l’École Nationale Supérieure, qui nous a accueilli en nous permettant d'utiliser plusieurs salles pour nos cours du dimanche. Le cadre plutôt scolaire de l'ENS a, certes, apporté une dimension plus studieuse aux cours mais n'a cependant pas entaché l'ambiance conviviale et chaleureuse. VB11 a par la suite suscité l’intérêt de la presse ce qui a contribué à améliorer notre visibilité et donc à attirer plus de nouveaux bénévoles.

Nous rassemblons aujourd'hui plus d’une centaine de bénévoles, pour la plupart des étudiants, et un nombre croissant de migrants désireux d'apprendre le français et d'origines de plus en plus diverses.

Actuellement nous ne disposons plus des locaux à l'ENS, et nous avons alors dû trouver des solutions provisoires afin de pouvoir continuer notre travail. Ainsi, nous nous sommes entre autre installés dans la cour intérieure de l'hôpital Saint Vincent de Paul à Paris (XIVè), mais nous sommes toujours activement à la recherche de salles pour nous accueillir, et commencer un nouveau chapitre dans l'histoire de Voyage au Bout de la 11.

Les cours ont commencé de façon spontanée et improvisée dans la cour du collège. De semaines en semaines, les réfugiés et migrants étaient de plus en plus nombreux à nous attendre et à vouloir suivre nos cours. Il a donc fallu rapidement trouver des locaux, et de nouveaux bénévoles afin de pouvoir les accueillir dans de meilleures conditions.

Cette nécessité est apparue d'autant plus pressante que dans la nuit du Jeudi au Vendredi 23 Octobre 2015, les autorités ont procédé à l'évacuation du site, et la majorité de ses habitants a été déplacée en province.

Malgré cette expulsion et son cortège de difficultés, nous avons continué à dispenser des cours de français, d’abord dans une salle à l’École Simplon (Montreuil), une école de codage. Nous nous y sommes donc réunis chaque dimanche pendant plusieurs mois, dans une ambiance conviviale, pour continuer les cours. Nous avons également accueilli à nos côtés l'association Humans for Women, qui œuvre pour la défense du droit des femmes dans le monde, et donne également des cours de français à des femmes de tout horizon. 


L’ancien collège Guillaume Budé avait été investi en juillet 2015 par une plusieurs centaines de réfugiés venus du Soudan, d’Erythrée, mais aussi d'Afghanistan et du Maghreb. Au début du mois de septembre, ils étaient près de sept cents à s’y être établis, faute de place dans les centres d’accueil dont une majorité d'hommes mais également des enfants et des femmes, vivant dans des conditions sanitaires alarmantes, faute de place dans les centres d’accueil. 

Actions

Cours de français

La maîtrise de la langue française est une condition essentielle à l’intégration des réfugiés et facilite leur quotidien. Se déplacer dans les transports en commun, aller à l'hôpital ou chez le médecin, acheter de quoi se nourrir ainsi que des médicaments, ouvrir un compte bancaire, chercher du travail... la barrière de la langue est enjeu de tous les jours pour nos élèves.

Dans un second temps, nous tentons de les préparer au mieux aux différents diplômes de français nécessaires à l’obtention de titre de séjour (DILF, DELF, DALF). Pour ce faire, nous avons été formés par une professeure de français langue étrangère (FLE), spécialisée dans les problématiques d’illettrisme.

Parmi les réfugiés, beaucoup ne sont ni anglophones, ni familiers avec l’alphabet latin, mais tous témoignent d’une réelle motivation. Il s’agit donc d’un travail de soutien à long terme dans leur apprentissage de la langue, avec pour premier objectif de leur permettre d’accéder à une communication orale, puis par la suite, à une communication écrite. Pour cela, nous constituons des petits groupes de travail et les bénévoles décident du contenu de leur cours en l'adaptant aux besoins des élèves.

Certains « ateliers » particuliers sont adressés à quelques élèves dont le niveau est assez assuré pour pouvoir lire correctement et comprendre des textes qui dépassent les simples phrases du quotidien. Ainsi, des bénévoles ont pu, lors de certaines séances, faire découvrir à leurs élèves des textes tirés de pièces de théâtre ou bien de poésie, en les utilisant comme support pour progresser. 

Sensibilisation de l'opinion publique

Notre association s’attache également à la sensibilisation de l’opinion publique quant au traitement réservé aux réfugiés en France et plus généralement en Europe. Ainsi est-elle à l’origine de projets artistiques et de divers partenariats associatifs. 

Voyage au bout de la 11 s’est récemment jumelée à Humans for Women, association qui oeuvre à la promotion des droits des femmes. Notre travail avec Humans for Women consiste à créer des ateliers de travail spécialement dédiés aux femmes et aux enfants, qui ont besoin de méthodes et d'un suivi particuliers.

Voyage au bout de la 11 s'est par la suite engagée aux côtés d’Une Couverture Pour l'Hiver (UCPH), association étudiante qui vient en aide aux sans-abris, notamment en collectant des vêtements et de l'argent pour acheter des couvertures militaires. Nous organisons ponctuellement des collectes communes de matériel scolaire et de vêtements. Pour être tenu au courant de ce genre d'événements, de la date et du lieu, il suffit de se rendre sur notre page Facebook ou sur le site.

Nous avons également pour projet d'organiser une exposition de portraits de réfugiés et migrants en partenariat avec plusieurs photographes. Ce projet est encore en cours, mais nous vous tiendrons au courant de son avancement.
Enfin, il est prévu dans le courant de l’année 2016 de réaliser un documentaire sur les réfugiés avec lesquels nous travaillons, portant à la fois sur leur histoire personnelle mais également sur leur implication dans l’aventure de Voyage au bout de la 11. Nous aimerions par là montrer comment l'histoire de notre association se trouve à un point de rencontre entre des bénévoles souhaitant s'engager sur le terrain et des « élèves » qui portent avec eux un vécu particulier et des aventures humaines intenses.

Événements

Voyage au bout de la 11 oeuvre depuis sa création à maintenir un contact avec les réfugiés, qui sont des élèves motivés, assidus et faisant preuve d'une réelle bonne volonté. Cependant, outre les problèmes que nous rencontrons actuellement pour trouver des locaux pour nous accueillir, nous devons également faire face à d'autres difficultés.

La première d'entre elle est liée aux problèmes de mobilité des réfugiés, qui sont éparpillés dans Paris et ses environs. De par leur situation, la plupart n'ont pas les ressources pour se déplacer et être en règle. Ainsi, nous mettons régulièrement en place des collectes de fonds dont le but premier est de réunir des ressources pour leur acheter des titres de transports afin de pouvoir venir assister aux cours.

Les collectes de fonds peuvent également être destinées à acheter du matériel scolaire. En effet, dispenser un cours suppose d'avoir de quoi écrire - cahier, feuilles, stylos, feutres, manuels, livres. Cela peut sembler anodin, mais quand les élèves sont près d'une centaine, nous devons faire en sorte d'avoir de quoi fournir le nécessaire pour qu'ils puissent prendre des notes et que les bénévoles puissent faire cours sans problème. Grâce à l'argent des collectes, nous avons également commencé à acheter des manuels, avec des niveaux adaptés, spécialisés dans la préparation des différents concours de français (DILF, DELF, DALF).

Enfin, un autre objectif des collectes serait d'augmenter nos fonds afin de pouvoir, en plus de combler nos besoins immédiats pour les cours, organiser des sorties et événements culturels avec les élèves. En effet, il nous semble important de permettre aux réfugiés et migrants de découvrir le patrimoine parisien et la culture française, et nous développons de nombreux projets en ce sens. Pour participer, vous pouvez accéder à nos cagnottes en ligne où il est possible de faire un don (voir  Comment nous aider  ). Vous pouvez aussi vous tenir informés sur notre page Facebook des collectes que nous organisons de temps en temps dans Paris, notamment avec l'association Une Couverture Pour L'Hiver, lors desquelles nous récoltons des dons en matériel scolaire, vêtements, et argent.

Afin de nous faire connaître et de sensibiliser l'opinion publique quant à la question des réfugiés et des migrants en France et en Europe, nous avons pour projet d'organiser une exposition photographique. Notre travail de terrain est avant tout une rencontre entre plusieurs cultures et entre des récits de vies uniques.

En effet, les réfugiés et migrants que nous rencontrons apportent, chacun à leur manière, un enrichissement à l'association et nous font évoluer. Nous sommes très fiers de la diversité que nous côtoyons et souhaiterions donner plus de visibilité à notre action. Pour cela, nous travaillons avec plusieurs photographes afin de finaliser le projet. Nous vous tiendrons informés dès que possible, à travers le groupe Facebook et le site, des avancées du projet.

Transmettre la langue afin de faciliter la vie quotidienne et l'intégration des réfugiés et migrants est certes indispensable, mais nous souhaitons également faire découvrir la culture française à nos élèves. Ainsi, certains d'entre eux, pour l'instant les plus à l'aise en français, ont pu bénéficié de visites culturelles qui leur ont permis un peu du patrimoine parisien. Grâce au Programme Étudiant Invité de l’École Normale Supérieure, nous avons proposé à quelques élèves des visites au Louvre et à la Mosquée de Paris.

Les lieux que nos élèves fréquentent quotidiennement sont peu propices aux découvertes culturelles, bien qu'installés à Paris et dans ses environs, n'ont pas l'occasion de découvrir la ville et la culture française. Les lieux qu'ils fréquentent quotidiennement sont peu propices aux découvertes culturelles, bien qu'ils semblent très désireux d'en découvrir davantage sur leur nouvel environnement, et notamment sur l'histoire de Paris. Ainsi, nous poursuivons ce type de projets, tout en tentant d’augmenter le nombre de bénéficiaires de ces visites.

PORTRAITS

Nous comptons aujourd'hui plus d'une centaine de bénévoles et espérons en accueillir encore davantage à l'avenir afin d'agrandir notre équipe.
Tout en remerciant chaque bénévole pour sa contribution unique, nous vous présentons quelques membres parmi ceux qui permettent à VB11 d'exister.


Sasha Morinière

Secrétaire générale

Étudiante en double licence Philosophie et Science Politique à Paris I Panthéon – Sorbonne.

Philippine Orvoen

Trésorière

Étudiante en Droit à Paris II Panthéon Assas

Margaux Guint

Vice trésorière

Étudiante en droit et science politique a l'institut catholique de Paris

Dana Jomaa

Traductrice - Bénévole

Étudiante en double licence Histoire et Science Politique à Paris I Panthéon – Sorbonne


COMMENT NOUS AIDER

Voyage au bout de la 11 poursuit son évolution et ne cesse de progresser. Vous pouvez nous aider dans notre action en faisant un don ici.

Quel genre de don ?

Les dons d’argent nous permettent d’organiser des évènements destinés à la sensibilisation du public à leur cause, d’acheter des fournitures scolaires et des manuels de DILF.

Devenir bénévole ?

Vous pouvez également devenir bénévole et donner des cours de français le week-end. En dépit de la barrière linguistique, on apprend rapidement à se faire comprendre et à partager des instants inoubliables avec des hommes et des femmes aux récits de vie incroyables.
Pour cela, merci de nous contacter par mail (voir la rubrique  Nous contacter  ) ou bien en envoyant un message sur notre page Facebook. Nous vous donnerons les démarches à suivre et toutes les informations dont vous aurez besoin.

Où et quand ?

Vous pouvez nous aider en faisant des dons sur notre cagnotte en ligne, à l’occasion des diverses collectes que nous organisons, ou encore en contactant directement l’un des membres du bureaux.

Visibilité de VB11

Vous trouverez ici des liens vers les articles et vidéos qui ont été publiés à propos de Voyages au Bout de la 11, depuis nos débuts.

Voyage au bout de la 11 à l'Unesco

03 avril 2016 - VB11.fr

L'association voyage au bout de la 11 est intervenue à la Maison de l'Unesco dans le cadre d'une conférence sur l'éducation en situation d'urgence. Une belle opportunité et un bon résumé de nos actions. Bon visionnage !


Semaine de la langue française : en classe de français avec les réfugiés

17 mars 2016 - metronews.fr

Chaque dimanche, des dizaines de réfugiés se retrouvent avec des bénévoles étudiants pour apprendre le français. Dans la salle de classe, l’ambiance est conviviale mais studieuse.


Le dimanche, à Normale sup, les réfugiés apprennent le français

07 mars 2016 - leparisien.fr

C'est dimanche et pourtant, dans plusieurs salles de cours de la prestigieuse Ecole normale supérieure (ENS) de la rue d'Ulm (Ve), l'ambiance est studieuse.


Voyage au bout de la 11 : l’intégration par l’éducation

25 janvier 2016 - ecrivonsen.fr

Rare en son genre, Voyage au bout de la 11 donne de l’espoir aux réfugiés arrivés en France. Créée en octobre 2015 par Maiwelle Mezi, étudiante en droit, cette association se bat chaque jour pour leur offrir une meilleure intégration

Voyage au bout des lignes

21 décembre 2015 - liberation.fr

A l’initiative d’une étudiante en droit, l’association Voyage au bout de la 11 a vu le jour en octobre dernier. Son objectif : dispenser des cours d’alphabétisation aux réfugiés.

Contactez-nous

Pour nous contacter, vous pouvez à tout moment nous envoyer un message sur notre page Facebook, ou un mail en remplissant le bulletin ci-dessous. N'hésitez pas à poser vos questions, soumettre vos idées, suggestions, propositions, et nous vous répondrons avec le plus grand plaisir.

VB11

Voyage au Bout de la 11
Hôpital Saint-Vincent-de-Paul
482 Avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris